Aurore BOYARD

aurore_boyerAurore Boyard est avocate au Barreau de Toulon. Plaidant dans toute la France, elle est habituée des prétoires devant lesquels elle défend des dossiers d’affaires familiales, d’immobilier
mais également de droit pénal. Elle enseigne également à la Faculté de droit de l’Université de Toulon dans les domaines de la « promotion immobilière » et des « baux civils ». Elle a déjà publié L’avocation et De l’avocation à l’avocature aux éditions Fortuna.

 

 

 

L’avocation (Fortuna, 2014)

boyard-lavocationLéa, jeune femme de 28 ans, prête serment devant la Cour d Appel de Paris.
Après ses études de droit, c est la consécration, elle est avocate.
Mais ce métier, qu elle pensait connaître, va lui réserver de nombreuses surprises, à commencer par les rapports avec les Confrères, son « patron » le beau Charles Kassandre mais également les juges et policiers qui font tous partie d un monde judiciaire parfois déroutant et inattendu.
En exerçant sa profession avec toute la fougue et l ardeur de sa jeunesse, Léa va se trouver confronter à de nombreuses difficultés qui vont l amener à s interroger : a-t-elle vraiment la vocation ?

 

 

De l’avocation à l’avocature (Fortuna, 2016)

boyard-delavocationalavocature

Après sa première année d’intégration au barreau, Léa pensait qu’une certaine forme de routine s’installerait. Quelle erreur ! La vie des avocats est loin d’être un long fleuve tranquille, surtout lorsque l’on fréquente assidûment un policier, que l’on a un procès d’assises à préparer, en sus des audiences habituelles à plaider, et que les rapports avec les avocats associés du Cabinet prennent une tournure inattendue ? Après le succès de L’avocation, Aurore Boyard continue de nous faire découvrir sa profession de l’intérieur : elle aborde des sujets tels que le secret professionnel, les écoutes téléphoniques, la discipline des avocats, les rapports avec la presse et les affres de la vie de collaborateur. De l’avocation à l’avocature est un roman pétillant, à mettre entre toutes les mains.
Aurore Boyard jette ainsi un regard cru et lucide sur le parcours de deux individus, deux personnes exerçant avec un même objectif de justice et qui par nécessité se croisent. Ici ils s’attirent mais cette attirance et la rencontre qui s’en suit a des limites liées à la nature même de leur profession. Il est intéressant de relever que cette description « clinique » des ressorts psychologiques des protagonistes est aisément transposable et que beaucoup d’entre nous, si ne n’est chacun, peuvent s’y reconnaitre. Un roman vif, alerte, où tout le monde a raison, et où l’on entre pour ressortir avec des interrogations salutaires.