Luc FRÉMIOT

Luc FRÉMIOT, ancien procureur de la République de Douai, substitut général à la cour d’appel de Douai, avocat général près les cours d’assises du Nord et du Pas-de-Calais. A consacré vingt ans de sa vie à la lutte contre les violences intrafamiliales. Il est célèbre pour avoir représenté l’accusation dans des procès médiatiques comme celui des frères Jourdain en 2000, du Gang de Roubaix en 2001, de Francis Evrard en 2009.
En 2012, il a notamment demandé l’acquittement d’Alexandra Lange, accusée du meurtre d’un mari tortionnaire, en plaidant la légitime défense alors qu’il était l’avocat général du procès.
Marc Lavoine interprète Luc Frémiot dans le téléfilm L’Emprise en janvier 2015. Ce premier dira d’ailleurs à propos du magistrat que « c’est un juste qui se bat contre les a priori et ne se laisse pas influencer par les idées reçues ou les évidences ».

 

Je vous laisse juges… Confidences d’un magistrat qui voulait être libre (Michel Lafon, 2014) 

« La Justice n’est pas cette divinité dont chacun se réclame à moins qu’il ne l’implore, selon la place qu’il occupe dans le prétoire […] Certes le coupable doit être puni, la victime reconnue, les droits de la défense assurés et l’ordre public garanti. Mais la réalité est un peu plus complexe. »
C’est de cette réalité que nous parle Luc Frémiot. De la vie hors les murs qui envahit les tribunaux. Celle qui, d’une manière ou d’une autre, nous concerne. Cela donne tour à tour des scènes de théâtre de boulevard dans le prétoire, ou de quoi mesurer l’angoisse d’une femme à qui son compagnon violent impose un macabre « thriller » parce qu’elle veut le quitter.
Et, grâce à ce talent de conteur, mine de rien, nous découvrons sans nous ennuyer une seconde tous les aspects inconnus de l’appareil judiciaire ! De la fiabilité relative des témoignages aux curieuses raisons qui font parfois récuser un juré en passant par la folle course à l’acquittement de certains avocats, l’influence dangereuse des médias, et les grandes sacrifiées du système : les victimes. Sans compter des pages bouleversantes sur les violences intrafamiliales, encore trop négligées sous prétexte qu’elles relèvent de l’intimité. Un livre brillant mais sans effets de manches, qui nous fait réfléchir sur la société et cette humanité dont nous faisons partie.